24 juin 2007

La première des réformes à entreprendre est celle du fonctionnement démocratique du parti socialiste

Grand donneur de leçons de démocratie tous azimuts, le parti socialiste s’en affranchit aisément lorsqu’il s’agit de son fonctionnement interne. Nées du congrès du Mans en 2005, ses instances dirigeantes : conseil national, conseils fédéraux, commissions administratives de section (dont émanent le bureau national, les bureaux fédéraux et les bureaux de section) ont été élues à la proportionnelle, à partir des voix recueillies par les différentes motions auprès des quelques 100 000 adhérents de l'époque, par les délégués censés les représenter. Je dis « censés » parce que le processus de leur désignation par les seuls appareils des courants, et non par les adhérents, est loin d’être transparent.

Au demeurant, même si l’on admet que ces instances étaient à l’époque représentatives, il n’en va plus de même aujourd’hui, et de très loin, puisque le nombre des adhérents a quasiment triplé. Il n’y a pas d’autre raison de demander un congrès anticipé, mais excusez du peu, celle-ci est de taille ! Et nous savons tous, pour connaître l’histoire de France, combien explosive peut se révéler la situation politique, lorsque le pays légal ne correspond plus au pays réel, lorsque la carte ne reflète plus le territoire. Bien sûr, ce qui vaut pour le pays, vaut pour tout parti qui se prétend démocratique.

Le comble est sans doute que, pour rétablir un semblant de représentativité, certains en viennent à prétendre que les nouveaux adhérents « se sont évaporés » ! Ah bon ? Comme c’est commode ! Et combien, s’il vous plait ? Comment les avez-vous comptés (on peut payer sa cotisation jusqu’ à 6 mois après la fin de l’année concernée) ? Parce qu’ils ne viennent plus ? Ca, on peut le comprendre.

D’autres s’emploient à tout faire pour les dégoûter dans l’espoir qu’ils s’en aillent, de préférence avant le congrès…

Certains dont le premier secrétaire (!) vont même jusqu’à rappeler que la cotisation est très chère la deuxième année et qu’il faut la payer !

La première des réformes à entreprendre est celle du fonctionnement démocratique de ce parti. Alors, pour commencer, exigeons la tenue anticipée du congrès, dès l’automne 2007.

A cet égard, il existe une pétition en ligne que je vous invite à signer :

http://www.mesopinions.com/detail-petition.php?ID_PETITION=2c973d79c206ad6767f33c71b7f40c58

Posté par civis à 18:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur La première des réformes à entreprendre est celle du fonctionnement démocratique du parti socialiste

    Que s'est-il passé?

    Ma fédération PS était à fond pour Ségolène or elle a voté pour la motion Hollande...peur ou tactique???Et il y a comme ça un tas de fédération qui ont fait de même...incapable d'assumer la nouveauté et les exigences qui vont avec que Ségolène apportait. Même Eyraud qui lui érait favorable lors d'un interview je l'ai trouvé" agacé envers elle...Alors il nous reste "Désirs d'avenir" avec j'espère demain de bonnes nouvelles puisque certainsd du site vont rencontrer Ségolène ce soir aux "Blancs Manteaux" à Paris Amitiés

    Posté par ezechiel2510, 26 juin 2007 à 17:33 | | Répondre
Nouveau commentaire